Comment faire de belles photos lors d’un concert ?

L’apprenti ninja aime avoir des goûts musicaux prononcés. Il assiste aux concerts de ses groupes préférés et parcours les festivals quand son budget le lui permet. Le week-end dernier, tous les amateurs de rock indé se sont rendus à Paris, au festival de Pitchfork, le site critique intransigeant américain. Ce festival a aussi été  l’objet de nombreuses photos réussies et c’est aussi ce festival qui m’a donné l’envie d’écrire cet article, focus.

Ces photos d’artistes vous aimeriez vous-mêmes les réaliser. Et c’est possible. Petit bémol : à moins d’un pass presse ou de vous faufiler tel un ninja de ceinture violette, vous ne serez jamais très proches des artistes… du moins lors d’un festival. Si c’est important pour vous, rabattez-vous sur un concert intimiste. Dans tous les cas, rassurez-vous, il y a d’autres choses à prendre en photo :

 

1. Quoi prendre en photo lors d’un concert ? 

Vous en êtes les premiers témoins, un concert ce n’est pas seulement de jolies lumières, c’est tout un univers, une ambiance. Toute la difficulté sera de bien la retranscrire sur votre image et faire de belles photos. Pour cela, vous avez deux angles d’attaques : le show et la foule de pandas. 

La scène :

La scène : ce sont les artistes et le show qu’ils produisent. Souvent, vous êtes plongés par l’univers de la musique. Armé de votre pinte et de votre appareil (attention aux éclaboussures), vous prenez tout ça en photo.

Concert d’Animal Collective lors du Pitchfork festival de Paris 2012

Merci à Leo bigiaoui, ninja photographe n+1

La foule :

Bon, vous n’avez pas toujours pas trouvé de pass presse et la scène est à 3km, même un saut de ninja n’y suffirait pas… tant pis. Imprégniez vous de l’ambiance en prenant la foule. Une foule c’est beau, c’est peuplé et ça capte l’émotion. Allez hop, on pique encore une belle photo du Pitchfork :

Foule au Pitchfork festival Paris 2012

 

Mais comment réaliser ce genre de photo ? La réponse juste ici :

 

2. Quelles techniques utiliser ?

Dans une salle de concert, la lumière du jour est inexistante. C’est donc le moment de sortir vos cours de Kungfu pour les mettre en application :

L’exposition :

C’est la meilleure méthode de bambou pour capter toute la lumière et donc l’ambiance de votre concert. Car cela vous permet de gérer le ton de votre photo. Vous avez alors plusieurs possibilités :

La photo ci-dessous (et ci-dessus) a été réalisée avec une sur-exposition (le paramètre exposition est au-dessus de 0). En effet, le photographe a choisi de faire rentrer considérablement la lumière. Le rendu est génial. La photo donne l’impression que la foule est à la foi éblouie par cette lumière et par le spectacle en lui-même.

Pitchfork Music Festival de Paris 2012

 

À l’inverse, vous pouvez utiliser la sous-exposition (le paramètre exposition est cette foi-ci en dessous de 0) pour plus de précision. Vous allez prendre le sujet dans son intégralité avec la lumière qui l’entoure, comme ici :

Merci à Leo bigiaoui, ninja photographe n+1

Le paramètre Balance des Blancs : 

Un spectacle c’est plein de couleurs. Il est parfois dur de les reproduire sur votre photo. En général un artiste choisi de garder une seule couleur ou un seul ton tout au long de son spectacle (je pense notamment à l’association de la couleur bleue avec Sébastien Tellier), ou en rouge comme ici pour Chromatics :

Chromatics au Pitchfork Music Festival de Paris 2012

Profitez-en : pour obtenir la bonne lumière et la bonne couleur, utiliser donc le paramètre « WB : White Balance » (Balance des blancs). Ce paramètre va de 1000 à 20 000. Plus vous réglez votre appareil vers 1000, plus votre photo sera rouge. À l’inverse, plus le réglage s’approchera des 22 000, plus elle sera bleue (vous le saurez comme ça, quand vous irez voir Sébastien!). Ce sont des réglages très pratiques pour les concerts.

 

L’artiste Robyn au Pitchfork Music Festival de Paris 2012

 

Si vous aussi vous aimez flâner en tant que festivalier armé d’un appareil photo, partagez cet article !

 

Thomas Tissandier
thomas@kungfu-photo.com

Issu de la West Coast Parisienne, j’ai 23 ans, j’ai un -profil- artistique que j’aime mettre à contribution dans la photographie. Mon coup de cœur vers la photo s’est réellement déclenché suite à quelques jours à Vienne, paradis architectural et culturel (avec notamment une superbe expo consacrée à notre idole chez KungFu-Photo : Elliot Erwitt). Futur communiquant, j’aime échanger et partager. Outre cette présentation à la e-darling, j’aime le bon vin (et le bon pain), Gustav Klimt et les p’tits chiens.

3 Commentaires
  • Nicolas
    Publié à 11:52h, 09 novembre Répondre

    Apprentis ninjas, faites vraiment super attention aux lasers dans ce genre d’événements. Ça peut flinguer votre appareil de manière irréparable en une seconde.

    L’exemple dans la vidéo ci dessous…
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=J0TgaGePhJA

  • Fabien
    Publié à 17:58h, 11 novembre Répondre

    Pour compléter l’article je rajouterais un mot sur la sensibilité ISO. Il est souvent nécessaire d’augmenter la valeur ISO lors des concerts. Cela permet de disposer d’une vitesse d’obturation suffisante pour éviter le flou de bougé.

  • Thomas
    Publié à 09:02h, 15 novembre Répondre

    Merci Fabien, c’est effectivement un conseil pertinent!

Poster un commentaire