Comment prendre une « scène » en photo ?

Qu’est-ce qu’une « scène » au juste ?

C’est autant varié que les prises de karaté !

DSC_0132

Commençons par la racine du bambou, sans quoi rien ne serait possible.

Chaque photographe trouvera selon lui une « scène » à photographier : un instant de la vie courante, un portrait, une nature morte, un paysage… C’est dans sa façon de l’interpréter que le rendu pourra être intéressant. Mettez dix photographes sur un même lieu, vous aurez très vraisemblablement dix rendus différents !

Il convient donc de trouver ce « petit truc » qui fera la photo. Il en existe peut être des millions, allez, des milliards ! Distinguons facilement trois genres de scènes.

 

Une scène éphémère

Une émotion sur un visage, des animaux, un rayon de soleil…

Parlons ici de capter un « instant ». Il peut arriver à tout moment. Encore faut-il être prêt à dégainer le nunchaku et faire face au dilemme « Je sors l’appareil ? Je le sors pas ? ». Montez en ISO, augmentez la vitesse d’obturation, il faut éviter le flou susceptible d’apparaître avec la précipitation.

Cette scène est éphémère, il convient aussi d’ouvrir l’œil, l’appareil à la main. Let’s go !

Walla Jaipur

Vous serez peut-être en train de vous promener quand un instant captera votre attention. Ici, ce chauffeur de touk touk incline son visage au feu rouge. L’éclairage illumine légèrement sa tête alors qu’il semble perdu dans ses pensées… C’est dans la boîte !

 

Rayon Dune

Un saké c’est bien, un saké au soleil ça peut être encore mieux. Un rayon de soleil qui perce un ciel chargé peut conférer une lumière assez étonnante. Ici, l’instant durera quelques secondes, peut être le temps de dégainer son katana et prendre deux clichés. Les zones d’ombres sur les dunes contrastent énormément avec le ciel livide. Banzaï ! C’est déjà fini !

 

Une scène en activité permanente

Des enfants qui jouent,  du trafic,  un attroupement, une scène de rue… 

Nous quittons ici l’aspect éphémère pour une scène qui donne plus le temps de savourer son saké. On peut presque déjà visualiser le résultat.  Prenons quelques exemples :

Kerala Reserve

Le mouvement y est, la lumière y est, libre au ninja de composer à partir de ces éléments !

Notre sujet pêche tranquillement dans les eaux calmes d’une réserve naturelle au Kerala (Sud de l’Inde). Posons-nous au bord et réfléchissons au rendu que nous souhaitons produire. Tous les facteurs sont à prendre en compte: l’action en elle-même, la lumière, la géométrie de la photo, les couleurs…

Ici, le soleil filtré par les arbres laisse une petite ère lumineuse dans l’eau. Laissons le temps au pêcheur de s’en approcher et attendons qu’il dresse son filet.

 

Guide Dune

Gardons une focale assez élevée histoire d’avoir une profondeur de champs qui englobe bien toute l’image. Et on shoot !

Assis dans les dunes, observons un petit peu notre entourage. Un ninja capte votre attention. Il marche lentement devant vous en direction de la lumière… Prenons le temps de régler l’appareil. Pour un rendu « silhouette », effectuer sa mise au point sur la lumière. Cela assombrira le sujet.

 

19229_10151252235654531_1584713884_n

Notre ninja des neiges Paul envoie la sauce dans les sapins de Serre Chevalier !

La petite exception, oui et non. Certes l’instant est bref mais tout est prévu. Dans un premier temps, il convient de préparer son rendu final : choisir sa source de lumière, prévoir le placement de son sujet et surtout prérégler l’appareil ! Vitesse très élevée avec ISO complémentaire et on est parti.

 

Une scène figée

On pourrait aussi appeler cela de la composition.  Prenons tout simplement l’exemple d’un beau paysage. Encore une fois, on pourrait penser qu’il suffit de cliquer sur la détente pour sortir une photo propre. Bien au contraire ! C’est une vraie phase de composition… et de chance !

Attirons la chance alors !

Les plus belles photos de paysages ont souvent lieu à des moments où la lumière prend un aspect atypique. Allez shooter le Taj Mahal sous un ciel gris… mouais !

Evitons les heures de pleine exposition, au moment du zenith par exemple. Au petit matin ou en début de soirée, le ciel adoptera des couleurs assez magiques et votre sujet prendra un tournant clairement atypique. En journée, il peut être intéressant de jouer avec les zones d’ombres que délivre un ciel légèrement nuageux.

Taj Matin

Le soleil au petit matin éclaire partiellement le Taj. Le mélange entre ciel sombre et blanc orangé donne un caractère assez unique au bâtiment.

Pangong Tso

Les nuages permettent de jouer avec les ombres. Le premier plan est sombre, le lac progressivement élcairé et les montagnes « tâchées ». C’est cool non ?!

 

Everest Matin

Lever de soleil sur l’Himalaya, le soleil nous délivre une couleur assez époustouflante. Un petit déjeuner pas comme les autres !

 

Lac Inle

Lac Inle en Birmanie, les nuages permettent encore une fois ces zones d’ombres. Libre à chacun de les utiliser !

 

Si vous avez aimé mon article, n’hésitez pas à le partager! Pour chaque partage, un panda est vacciné contre le cancer du poumon.

François-Henri Chambon
fhchambon@msn.com

Mon goût pour la photographie m'est venu lors d'une année passée en Inde à Bombay. Cette vie asiatique à elle-seule photogénique m'a offert le confort d'avoir le temps, certes pour perfectionner mon coup de bambou, mais bien pour apprendre à maîtriser mon boitier ! J'aime la photo, la musique, le tandoori, la France et les sushis alors namasté !

1Commentaire
  • Samir
    Publié à 12:00h, 31 mai Répondre

    Le plus important pour moi lors de la capture de « scène » c’est d’avoir bien préparé et observer le terrain.

    En plus de cela il faut avoir le bon « MODE » sélectionné sur son appareil, pour ma part je suis constamment en mode priorité à l’ouverture et je m’adapte à la Profondeur de champ dont j’ai besoin 😉

Poster un commentaire