Going Candid de Thomas Leuthard – La photo de rue en français

La photo de rue qu’est-ce que c’est ?

Ça englobe toutes les photos qui sont prises dans la rue. Des portraits, des scènes de vie, des scène du quotidien parfois prises sur le vif parfois non.

Thomas Leuthard se concentre lui sur les portraits pris sur le vif. Il vit sa passion à fond et on peut dire avec certitude qu’il a trouvé son style en photographie. Pour être précis il en parle comme étant des « Candid Portraits » d’où le nom d’un de ses livres.

Ce livre est excellent, il regorge de conseils extrêmement judicieux et pertinent. Le tout sans jamais rentrer dans du jargon technique qui  me fait m’étouffer avec mes sushis. Et il est gratuit. Ce livre m’a tellement plus que j’ai voulu vous en livrer un passage sur le blog, un passage que j’ai traduit moi même.

Il s’agit d’un chapitre central que j’ai choisi pour sa valeur de conseil. Les conseils donnés ici sont une réponse à la question…

Comment faire de la photo de rue ?

Comment mettre son appareil sous le nez des gens…

J’aime les portraits pris sur le vif et j’aime m’approcher vraiment près. Jusqu’à environ 1 mètre, c’est la distance habituelle avec mon 50mm sur mon Nikon D7000. Ça donne des portraits plutôt intéressant et un regard intense aux passants que vous prenez en photo. Je ne demande jamais, ni avant ni après, parce qu’autrement ce ne serait plus un portrait pris sur le vif.

«Si vous demandez avant, ils paraitront différent face à la caméra.
Si vous demandez après, vous allez devoir supprimer une bonne photo»

Mais comment faire pour s’approcher s’y près ? Voici quelques astuces que vous devez appliquer.

photo de rue femme

Photo de Thomas Leuthard le ninja de la rue : http://www.flickr.com/photos/thomasleuthard/5725478270

Le bon endroit

C’est important que vous pratiquiez la photographie de rue dans un endroit bondé. Que ce soit dans une station de train, à un arrêt de bus, dans un festival, n’importe quel endroit, pourvu qu’il y ait beaucoup de monde. Un autre atout est que ces personnes se tiennent immobiles. Il est bien plus difficile de tirer le portrait d’une personne en mouvement. Donc assurez vous des le trouver dans un endroit où ils devront se tenir immobiles. Un passage piéton est un bon endroit. Les passants restent immobiles en attendant le feu vert et vous pouvez les photographier. Gardez à l’esprit qu’ils auront toujours tendance à regarder vers l’endroit d’où viennent les voitures, les bus ou les trams. Si vous êtes en face, ils ne regarderont pas vers votre objectif. Assurez vous de choisir le bon côté de la route en fonction de la direction de la lumière et de celle de leurs regards.

Les bons modèles

Un portrait pris sur le vif n’est qu’une chose, un personnage qui fait face à un autre. Vous devez trouver les visages intéressants. J’aime bien les personnes âgés dont le visage raconte une histoire. Laissez tomber le visage moyen, recherchez celui qui sort du lot. Dans les grandes villes il y en a plein, il vous suffit d’y faire attention. Marchez dans les endroits mentionnés ci-dessus et ouvrez les yeux. Vous les verrez.

homme photo de rue

Photo par Thomas Leuthard le ninja de la rue http://www.flickr.com/photos/thomasleuthard/5725478270

Le meilleur appareil photo

Puisque vous vous jetez à leur visage l’appareil n’a pas grande importance. En général j’utilise un petit appareil discret, mais pour ce genre de photos, ce n’est pas pertinent. J’utilise mon Nikon D7000 avec un 50mm AF-S 1.8 G. Si vous utilisez un appareil «grand capteur», vous pouvez utiliser un objectif de 85mm. Un autofocus rapide et une fréquence de 4 images par secondes devrez vous donner de bons résultats. Je prends toujours 2 ou 3 photos pour m’assurer que ce portrait «je le tiens» et qu’une de la série sera nette. Souvent vous n’aurez qu’une seconde pendant laquelle leur regard plongera dans l’objectif, donc vous devez vous tenir prêt. Ce qui veut dire que vous devez déjà être entrain de pointer votre appareil vers la personne, la mise au point faite sur le oeil le plus proche de vous et être prêt à appuyer sur le déclencheur. Ils vont tourner la tête vers vous et là vous devez être rapide.

«La rue a de nombreux visages, sachez trouver ceux qui sont intéressants…» Thomas Leuthard

Les réglages

Puisque mon objectif est le plus net pour une ouverture d’environ f/4, j’utilise le mode automatique à l’ouverture f/4, le temps de pose est régler par l’appareil (assurez vous que ce soit assez rapide, au minimum 1/160 avec un 50mm) et l’ISO varie avec la luminosité. Souvent je règle l’ISO à 400 puisque en ville il fait toujours un peu plus sombre qu’en plein air. Je règle l’appareil sur le mode rafale, de cette manière l’appareil prend jusqu’à 6 images par secondes. L’auto-focus est réglé en mode «continu» et je laisse la lumière être réglée automatiquement. Avec l’objectif 50mm Nikon j’ai en général une correction d’exposition de -0,7EV.

photo de rue femme tatouée

Photo de Thomas Leuthard le ninja de la rue : http://www.flickr.com/photos/thomasleuthard/5725478270

Les nerfs

Ce n’est pas le truc de tout le monde que de se jeter au visage des gens, mais vous pouvez surmonter cette barrière. Vous devez vous entrainer avec un objectif à plus longue focale et peut-être commencer par demander avant. Avec l’expérience vous pourrez vous approcher. Vous vous rendrez compte que ce n’est pas si grave et que presque personne ne vous dira quoique ce soit. À certaines occasions les gens n’en n’auront strictement rien à faire. Plus il y a de gens, de touristes et de photographes dans les parages, plus c’est simple. Essayez ! Peut-être qu’après 2-3 bières ce sera plus simple, mais comme je ne bois pas je ne peux pas vraiment dire.

La technique

Vous trouvez le bon endroit, la bonne personne et vous vous approchez simplement de lui. Vous pouvez prétendre photographier quelque chose d’autre et ensuite pointer l’appareil vers la personne et appuyer sur le déclencheur. Attendez que trois photos soient prises et reprenez votre marche. Le plus important c’est que vous n’échangiez jamais, au grand jamais, un regard avec votre sujet. Le seule échange de regard à lieu à travers la lunette de l’appareil. Si vous regardez la personne, elle réalisera que vous avez pris sa photo et vous posera des questions. Et si on vous pose des questions vous allez devoir répondre, c’est là que les choses se compliquent. Contentez vous de vous approchez vous et de reprendre votre marche.

Deux vidéos sur «Comment faire»

[Edit de Nicolas]

Les vidéos de Thomas Leuthard ne sont plus disponibles. Par contre vous pouvez regarder celles d’Eric Kim un autre photographe de rue que j’apprécie beaucoup :

http://erickimphotography.com/blog/street-photography-videos/

[/Edit]

J’ai réalisé deux courtes vidéos pour vous montrer comment ça fonctionne. Elles se déroulent lors d’un grand festival, il y avait de la musique et beaucoup de monde. Dans ce genre d’événements il y a beaucoup de personnages dans les rues et c’est très facile de leur tirer le portrait. Vraiment, ce n’est pas si difficile que vous le penser. Jetez un oeil et essayez par vous même.


Conclusion

Comme vous pouvez le voir dans les vidéos, les gens se retournent pour voir ce que j’ai photographié derrière eux. Quand vous vous y prenez bien ils ne comprennent pas vraiment… Prétendez simplement que vous ne les avez pas photographié et suivez votre route. Il y a vraiment très peu de personnes qui vous aborderont pour vous demander quelque chose. Auquel cas vous devez avoir une bonne excuse ou supprimer la photo immédiatement. Pas de quoi en faire toute une histoire, soyez simplement sympa et supprimez la photo si on vous le demande.

Traduction de Going Candid en français : la petite histoire…

Arrivé au milieu de la traduction de ce chapitre je me suis rendu compte que je ne m’étais pas posé la question « Est-ce que quelqu’un aurait déjà traduit ce livre » ? C’est alors que j’ai découvert avec stupéfaction que Laurent de Apprendre-la-photo.fr venait de mettre en ligne une traduction intégrale…

La bonne nouvelle pour vous c’est que si ce chapitre vous a plus vous pouvez aller télécharger la version complète en français chez Laurent.

Pour moi par contre… 😀 En ninja consciencieux je me suis remis de mes émotions et j’ai décidé de finir ma modeste traduction et de publier cet article comme prévu.

Thomas Leuthard

C’est le ninja de la photo de rue et l’auteur de 2 livres qui sont disponibles gratuitement au format PDF sur son site internet : www.thomasleuthard.com/Book/. Je vous invite si vous appréciez ses photos à visiter sa gallerie sur Flickr ou sur 500px.
Enfin : Découvrez sur son blog l’histoire du cliché de la femme tatouée sur son blog.

Quand vous partagerez cet article sur vos réseaux favoris n’hésitez pas à lacher une blague sauce soja. Les boutons sont just ci-dessous.

 

Nicolas Richard
nicolas@kungfu-photo.com

Je suis plutôt moyen moyen mauvais en photo, mais je fais des progrès. J'ai bientôt ma ceinture jaune de kung-fu de la photo et Maitre Shi-Fu m'a dit que j'étais sur la bonne voie. Adepte de méthodes qui marche je recommande vivement la lecture du « kungfu de la photo ». Ah, euh, oui, je l'ai coécrit... :D Vous le trouverez dans la colonne de droite :)

19 Commentaires
  • Alpha
    Publié à 20:43h, 03 décembre Répondre

    Tuto absolument excellent!
    J’aime énormément l’attitude des « modèles improvisés », pris sur le vif, comme ça.
    Juste une question: et pour le droit à l’image, on fait comment?

    • Nicolas
      Publié à 11:20h, 25 février Répondre

      Salut Alpha, ta question concernant les droits es très pertinente. Il y a plusieurs écoles à ce sujet. Ceux qui ne se prennent pas la tête et qui préfèrent faire passer le plaisir et les belles images avant tout.

      Et puis il y a les autres qui en savent plus long que moi sur les législations en vigueur etc. 😀 Si ça t’intéresse c’est expliqué dans le livre de Thomas Leuthard.

      • kevin
        Publié à 13:36h, 08 avril Répondre

        te fais pas de bile pour ça, d’ailleurs Thomas Leuthard s’en fait surtout pas. le mieux c’est de prendre en rafales dans un mouvement panoramique assez rapide (ils penseront que tu filme et que c’est par hasard qu’il seront dessus) faut juste une grosse carte mémoire. chez toi tu sélectiones celles qui te plaisent et tu les postes sans soucis car y a très peu de chance que le type en photo se voie et en plus fasse la démarche de te faire retirer sa photo. En fait c’est super simple la photo de rue, l’appareil en mode auto posé sur une table d’un bar et tu le fait déclencher en retardateur (pense a masquer le voyant qui clignote). Sa fait de super photo avec cette combine :-)))

    • Potlatch
      Publié à 12:23h, 15 février Répondre

      Soit tu as un minimum de respect pour autrui et tu ne publies pas sans autorisation, soit tu publies. Ce n’est pas plus compliqué que cela.

  • Samir
    Publié à 17:00h, 04 décembre Répondre

    La photo de rue est un Art à part entière, il y a pleins de photographes « underground » très talentueux qui peuvent nous inspirer :

    http://erickimphotography.com/blog/2012/06/25-talented-street-photographers-you-should-follow-on-flickr/

    • iannis anarys
      Publié à 18:04h, 12 juin Répondre

      Aucune décision de justice n’a jamais condamné un particulier amateur (voire un professionnel) pour une prise de photos, non publiées ni diffusées, dans un lieu public.

      Les gens confondent le DROIT de PRENDRE une photo et le DROIT de PUBLIER une photo, (avec ou sans autorisation).

      Evidemment il ne faut pas commercialiser, publier ou diffuser les photos, ne pas faire un usage publicitaire, et bien sur ne pas prendre de sujets dans leur vie privée (protégée par l’art. 9 du Code civil depuis 1804) c’est à dire en dehors des lieux publics ou réputés comme tels. ILS SONT A TOUT LE MONDE.

      Un autre exemple, REEL et FACTUEL à faire réfléchir :

      En Ile de France un photographe approchait des ENFANTS vers la fin des années 2000 ( oux ouhou l’affreux, il est attiré par des mineurs !) pour les photographier.

      ET ALORS ?

      Evidemment tout le monde à crié au pervers, à l’obsédé sexuel ou au dangereux pédophile !…. Manque de chance pour les accusateurs, ils ont été condamnés par la cour d’Appel de Versailles à 3.000 euros de dommages et intérêts envers ce Monsieur et à 2.500 euros d’amende en plus !!! (Arrêt d’appel confirmé par la chambre criminelle de la Cour de cassation.) Eh oui … accuser publiquement ou dénoncer quelqu’un sans fondement, sans preuve, est un délit !

      La décision est sur le site officiel légifrance.gouv.fr.

      En effet, rien ne prouve que prendre des gosses en photo « pour la beauté de l’image » dans des lieux publics fait du photographe un prédateur, voire pire, eh puis quoi encore ?
      Depuis quand accuse-t-on les gens A PRIORI et surtout sans PREUVES ?

      Avant d’accuser un photographe publiquement de quoi que ce soit, réfléchissez Messieurs Dames !

  • Fabien
    Publié à 19:49h, 04 décembre Répondre

    Bien sympa les deux vidéos, cela va décomplexer les timides…
    Il y va au culot mais c’est comment ça qu’il arrive à avoir des attitudes spontanées.

  • gilles
    Publié à 09:39h, 27 février Répondre

    si on se souci du droit a l’image, on ne photographie plus. Plus serieux, ce n’est pas le fait de photographier qui est reprehensible (sauf legislation du fait du lieux, privé, sensible..), c’est ce qu’on fait de la photographie qui peut etre condamnable.

    • Nicolas
      Publié à 10:35h, 27 février Répondre

      Tu as raison. Tu penses à quoi Gilles, les utilisations commerciales par exemple ?

  • Delage Sandrine
    Publié à 21:46h, 07 avril Répondre

    Going Candid, ze reference pour la street 🙂

    • Nicolas
      Publié à 17:45h, 09 avril Répondre

      Je suis bien d’accord avec toi Sandrine ! Tiens nous au courant après la pesée et si tu veux envoyer une carte postale n’hésite pas 🙂 Il parait qu’on fait sur Facebook de nos jours 😀
      Est-ce que tu as lu cet article ? Le meilleur appareil photo

    • Nicolas
      Publié à 17:45h, 09 avril Répondre

      Tout à fait !

  • Roggero
    Publié à 08:51h, 06 mai Répondre

    Article très intéressant, merci !
    Par contre, impossible de visionner les vidéos. « Cette vidéo est privée », c’est tout ce que j’obtiens 🙁
    Que dois-je faire docteur ? 😉
    Caroline

    • Nicolas
      Publié à 09:15h, 13 mai Répondre

      Salut Caroline,

      Effectivement les vidéos ne sont plus accessibles pour le moment !
      En attendant que je modifie l’article avec d’autres vidéos tu peux regarder par ici.

      http://erickimphotography.com/blog/street-photography-videos/
      Eric Kim est un photographe de rue et ami de Thomas Leuthard, il a fait quelques vidéos un peu similaires.

      À bientôt
      Nicolas

  • Pierre
    Publié à 16:43h, 20 juillet Répondre

    Pour ceux qui aiment les street-shots et les jolies femmes , j’ai découvert un photographe Français ( Il s’appelle Angel-Dust ) qui publie ses clichés de tres jolies femmes , souvent en mouvement, sur ce site Russe :
    http://www.fotoromantika.ru/#uid=9220
    Je ne dirais pas que ses photos sont techniquement parfaites mais perso , j’adore l’ambiance qui s’en dégage. Il y a aussi beaucoup d’autres tres belles photos réalisées par de tres bons shooters.
    Si vous ne parlez pas le Russe , pas d’inquiétude . En cliquant sur le drapeau Français ( à droite sur la page d’accueil ) vous aurez la traduction immédiate.
    Merci à vous pour ce blog passionnant .
    Pierre

  • daftcacus
    Publié à 11:21h, 14 mai Répondre

    Merci 1000 fois pour cet article. ENFIN! un tutoriel avec quelqu’un qui utilise un boîtier amateur ou semi-amateur (ce qu’on la plupart des gens qui visitent ce genre de site) et non pas du matériel de pro à 1500€. Chapeau! Je trouve ça beaucoup plus parlant, valorisant et intéressant.
    Les vidéos in-situ sont géniales et nous permettent vraiment d’oser le faire. Encore merci, continuez sur cette voie les ninjas 🙂 vous faites du bon boulot!

  • Nathalie
    Publié à 13:26h, 19 juillet Répondre

    J’ai beaucoup apprécié ses photos jusqu’à ce que je voie les vidéos et son approche des sujets. Chacun sa manière d’agir et sa sensibilité, mais pour moi…c’est de l’agression, pas du culot. Il y a beaucoup d’exemple de photographes de rue incroyables avec une forte humanité, comme Tatsuo Suzuki qui a fait un travail admirable avec des personnes dans la rue au Japon. Ce genre de travail me parle et représente pour moi l’esprit de la photographie de rue.

  • Erwan Nederlec
    Publié à 09:35h, 15 octobre Répondre

    Voir aussi le travail d’Yvon Buchmann http://www.yvon-photos.org et benoit Rousseau http://www.benoit-rousseau.com et sur instagram plein d’auteurs iphonographie talentueux

    • Nicolas
      Publié à 22:52h, 16 novembre Répondre

      Merci Erwan, super découvertes !

Poster un commentaire