La photo HDR : c’est compliqué ?

High Dynamic Range, t’as pas plus barbare comme nom. Pourtant ce n’est pas si compliqué et ça peut faire de superbes photos.

Nous nous sommes intéressés à cette technique suite au retour de Nouvelle-Zélande de notre ninja reporter de guerre Alexandre (dispo ici). Toutes ses photos ont été prises en mode High Dynamic Range. Voici l’une d’entre elle :

Franz Josef Lake
Depuis que l’on connait le HDR, on se rend compte à quel point ce mode est utilisé pour beaucoup de photos.

Le HDR : Kezako ?

Le principe est simple : c’est une méthode pour faire ressortir tous les contrastes et détails que seul l’œil, en théorie, peut percevoir. Pour illustrer le HDR, l’exemple le plus connu est celui du ciel :

Votre appareil aura tendance à surexposer la photo, ce qui va « cramer » (cf. photo ci-dessous de gauche) l’ensemble des nuages pour un rendu très blanc. En augmentant votre vitesse d’obturation, vous seriez susceptible d’avoir un beau ciel mais le reste de votre photo n’en restera pas moins sous-exposé. La technique ancestrale du HDR permet justement d’avoir un ciel avec de beaux nuages et du détail dans les lumières. Ici, une photo avant et après traitement :

HDR-avant-après
Pour ce saut de ninja rotation inversée, le ciel est bien plus détaillé grâce au HDR (source : http://fr.tuto.com/photoshop/photo-en-mode-vitesse-avec-retouche-photoshop-lightroom-photo,16434.html)

Comment fabriquer une photo HDR ?

La technique est simple : c’est l’art de combiner 3 photos avec des expositions différentes : une sous-exposée, une normalement exposée et une dernière surexposée. Cela va donc permettre d’utiliser l’ensemble des lumières (hautes & basses) et surtout de faire ressortir les contrastes. Encore une fois, tout ce que votre œil est capable de voir. Comment s’y prendre :

Sachez jeunes ninjas, que beaucoup d’appareils photos et de boitiers disposent d’une fonction qui vous permet de faire du HDR. Informez-vous et regardez si vous disposez de la fonction Bracketing. Si oui, votre appareil fera le traitement tout seul. La suite :

C’est là que votre imagination intervient. Vous avez la possibilité de vous en tenir au premier jet du HDR : gardez la photo originale et atténuer encore plus les contrastes. Mais vous pouvez pousser les retouches à fond pour avoir un rendu surréaliste. Certains estiment que ce n’est plus de la photographie, nous on dira qu’il faut savoir être ouvert d’esprit, tel le ninja guerrier. Nous nous y sommes intéressés de près et nous sommes tombés sur ce super tutorial que propose le pix-populi.fr : http://www.pix-populi.fr/apprendre/dossiers-techniques/photo-hdr.html. La méthode est poussée mais très bien expliquée.

En attendant, nous vous remettons quelques photos du reportage d’Alexandre, notre ninja reporter de guerre. Il utilise un HDR légèrement accentué sans rentrer pas dans du surréalisme :

Red Tussocks
Blue Lake
MilfordSounds copie

Pour que cette technique ancestrale perdure, n’hésitez pas à partager cet article via les boutons ci-dessous !

Yattah.

Thomas Tissandier
thomas@kungfu-photo.com

Issu de la West Coast Parisienne, j’ai 23 ans, j’ai un -profil- artistique que j’aime mettre à contribution dans la photographie. Mon coup de cœur vers la photo s’est réellement déclenché suite à quelques jours à Vienne, paradis architectural et culturel (avec notamment une superbe expo consacrée à notre idole chez KungFu-Photo : Elliot Erwitt). Futur communiquant, j’aime échanger et partager. Outre cette présentation à la e-darling, j’aime le bon vin (et le bon pain), Gustav Klimt et les p’tits chiens.

1Commentaire
  • Le diaphragme
    Publié à 14:34h, 27 octobre Répondre

    Personnellement je trouve que le HDR, convient nettement mieux aux photos de paysages… En tout cas c’est une technique que j’admire.

Poster un commentaire