Progresser en photo: Fixez-vous des contraintes

La photographie, c’est comme le Kung-fu.  Il y a des règles bien établies qu’il faut comprendre et maitriser pour ensuite s’aventurer à faire des low-kick aux passants dans la rue. Comme dans la philosophie du Kungfu, je vous propose de revenir à l’essence de la photographie pour mieux comprendre ce que nous faisons lorsque nous dégainons avec empressement nos appareil photos.

L’apprentissage du Kung-fu se fait à travers plusieurs principes de base. Notamment une volonté très simple: fracasser la tête de son adversaire. Le Ninjas de la photographie sont un peu plus gentils quand même, il veulent simplement prendre de belles photos. Mais pour fracasser une tête ou prendre une belle photo, il faut savoir de quoi il en retourne, et les contraintes qui veulent sournoisement vous empêcher d’arriver à votre objectif.

Les contraintes inhérentes à la photo

1. Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas

Le mot « contrainte » a une connotation assez négative. C’est pourtant ce qui permet à la photographie et au kung-fu de faire si bon ménage. D’abord, vous le savez déjà, une photo est un cadre rectangulaire la plupart du temps. Vous photographiez donc quelque chose que vous voyez dans un environnement, en choisissant aussi de ne PAS photographier le reste. Il y a une partie visible et une partie que l’on ne voit pas. Apprenez donc à jouer sur cette caractéristique toute simple de la photo: Prenez en photo quelqu’un ou quelque chose qui suggère la présence de quelque chose qui n’est pas sur la photo. Il ne s’agit donc plus de la photo de présentation de ce que vous photographiez: vous induisez aussi le spectateur à imaginer ce qui n’est pas sur la photo. Par exemple, si vous prenez en photo quelqu’un qui montre quelque chose du doigt mais que cette chose n’est pas sur la photo, on est amené à se questionner sur le « hors-champs » de votre photo. Essayez donc!

Elliot-Erwitt2

Elliot Erwitt, le patron des sushis

 

2. La lumière

Nombreux sont le ninjas de l’ancien temps qui ne définissent la photo que par la lumière. Tentez effectivement de prendre une photo sans lumière, c’est un peu comme faire du Kung-fu sans les mains et sans les pieds, ou comme faire des sushis sans riz… Ça ne marche pas. Là encore vous le savez, la lumière est une composante essentielle dans vos photographies. Mais que peut-on tirer de ce précepte vieux comme le monde? Il faut que vous sachiez tirer parti de cette contrainte: comprenez la manière dont votre appareil prend la lumière. Fixez vous des règles et une démarche à suivre par rapport à cette contrainte initiale. Rien ne vous empêche de ne prendre que des photos à contre-jour ou que des photos de nuit.

contraintes-theo-gosselin2

Théo Gosselin, le ninja qui ne jure que par le contre-jour

 

3. Le temps imparti

Il s’agit là d’un précepte qui fonctionne aussi bien pour la photo que pour le kung-fu, mais aussi pour l’entrainement au crachat de noyaux de cerises et pour le canoë-kayak, mais bon sur ce blog on parle de photo alors on va en rester là. Vous n’avez pas un temps infini devant vous (désolé de l’apprendre à ceux qui ne le savaient pas encore), c’est une contrainte de taille. Vous aimeriez passer des journées entières avec votre appareil à shooter? Nous aussi. Mais il faut aussi manger. Et dormir. Et travailler. Bref pour tirer parti de cette contrainte, vous devez être réglé comme une horloge: vous devez vous fixer des horaires pour photographier. Choisissez les horaires qui correspondent aux deux premières contraintes: qui fonctionnent avec vos modèle et avec la lumière que vous cherchez. Vous pouvez ainsi conjuguer les contrainte pour en faire éclore un projet!

Elliot-Erwitt3

Elliot Erwitt, le ninja au cœur sensible comme une guimauve en forme de nunchaku

 

Les contraintes à s’imposer

1. Un thème

En vous imposant une contrainte, contrairement à ce qu’on peut imaginer au début, vous vous ouvrez en fait des portes, puisque vous donnez une direction à votre travail. Vous savez où vous allez. Le thème est la première contrainte que vous devez imaginer avant de sortir faire vos photos. Qu’est ce que vous voulez photographier? Des plantes? Des animaux? Des gens? Déterminez le une bonne fois pour toute et tenez vous y! Vous pouvez même aller beaucoup plus loin dans ce thème, plus vous vous donnez de contrainte, et plus vous serez à l’affut tel le ninja en mission! Si votre thème est: des vieux Monsieurs portant un chapeau et une moustache, allez au marché de votre ville un dimanche matin par exemple.

 

2. Un angle

Là encore, déterminez bien le type de photos avant de les faire. Vous devez presque les visualiser avant même de retirer le cache de votre appareil photo. Plongée? Contre-plongée? Des personnes de la tête au pied? Des contre-jours? Une bonne série de photo est définie par la conformité à une contrainte.

Elliot-Erwitt4

Elliot Erwitt, le ninja qui n’a pas froid aux yeux

 

Choisissez donc ce que vous voulez faire et lancez-vous dans la rue! Le monde vous appartient!

 

Rodolphe Gardies
rodolphe@kungfu-photo.com

La photo, j'aime ça. Au début, j'aimais seulement les regarder, les mettre en fond d'écran, les afficher sur mes murs. J'en voyais tellement qu'un jour, j'ai pris la décision qui s'imposait en toute logique : me mettre au kungfu! Ninja depuis le plus jeune âge j'étais pourtant incapable de faire un seul mouvement correctement. Jusqu'à ce que je mêle mes deux passions grâce à l'enseignement de Maitre Shi Fu : le kung-fu et la photo.

Pas de commentaires

Poster un commentaire