Réussir ses portraits pour James Vil

On continue avec les interviews géniales faites par notre ninja Sandrine Delage qui permettent non seulement de découvrir un talent de la photographie, mais aussi d’apprendre à réussir ses portraits! Applaudissez … James Vil!

Nom du photographe interviewé : JAMES VIL

Site web :  www.jamesvil.com / www.art-photo-lab.com

Une description de ton travail  :

Trois lignes c’est impossible pour moi !

J’ai commencé ma carrière comme photographe pigiste dans la presse sportive puis c’est en agence de presse spécialisée dans les spectacles (concert théâtre music hall et grands événements) que j’ai fait mes vraies armes au début des années 90. Un métier qui m’a tout appris et sur un point de vue technique, la gestion de la photographie dans des conditions de lumière extrêmement délicates. C’est donc très naturellement qu’aujourd’hui que je recherche des lieux assez sombres de préférence, comme les métros du monde par exemple.

James-Vil

 ————————————

Le pitch de l’article : je suis un photographe très amateur et je voudrais faire de jolis portraits de ma chérie / ma grand mere / mes enfants…

Je n’ai pas de réflecteur, round flash, de projecteur, de fonds, juste mon smartphone, ou un compact ou au mieux un reflex dont je me sers mal.

  ————————————

Comment réussir ses portraits?

KFP : Qu’est ce qu’un portrait réussi ?

JAMES VIL : D’un point de vue de l’auteur ou du sujet ? Pour l’auteur, et là je parle de moi, un portrait réussi, pour faire simple je dirai que c’est comprendre à travers ma photo, qui est la personne que j’ai photographiée ! Out pour moi les 85, 105 ou tout autre objectif destiné à cette pratique. Courte focale et j’ouvre, je montre la personne et l’environnement dans lequel elle se trouve. Pour moi un portrait doit être une histoire, la page d’un livre que l’on lit.

Pour le sujet photographié, c’est se reconnaître sur la photo, je pense que c’est l’essentiel et lui renvoyer une image fidèle sans la tromper mais en la flattant juste ce qu’il faut.

KFP : Penses-tu qu’il y a des règles dogmatiques (par ex composition / orientation de la lumière / netteté ou orientation du regard etc…) ou faut-il s’en affranchir ?

JAMES VIL : Un célèbre proverbe dit : Apprenez les règles comme un pro, ainsi vous pourrez les casser comme un artiste. Cette phrase résume bien le vaste sujet de la composition et de l’interprétation de son auteur. Mais par pitié ne faites pas l’inverse, car souvent le photographe justifie ses erreurs au nom de la créativité. Pour cela une certaine légitimité et crédibilité doivent être acquises.

KFP : Sans matériel adéquat, est-il possible de faire un joli portrait ? Tes astuces de matériel pour un portrait posé ?

JAMES VIL : Je dirai que même un téléphone peut servir à réaliser un joli portrait de vie, comme je les appelle. Alors pas de complexe avec le matériel, faîtes vous plaisir et prenez le temps d’écrire sur votre capteur les pages de votre vie avec ceux que vous aimez pour commencer.

KFP : Y a-t-il des moments et des endroits propices ?

JAMES VIL : Les endroits propices sont ceux dans lesquels vous vous sentez bien et plus encore votre sujet, donc un environnement familier, et j’en reviens à mes portraits de vie placés dans leur contexte. Une démarche personnelle doit être logique et fondée.

KFP : Comment détends-tu les personnes que tu prends en photo ? (la question exclut les modèles professionnels)

JAMES VIL : Le plus simplement du monde, en parlant, de la pluie et du beau temps, enfin en essayant d’aborder des sujet propres à mes modèles afin de les détendre et les faire voyager dans leurs pensées. Pour cela la maîtrise de boîtier est quelque peu importante afin de ne pas se tromper de sujet.

KFP : Comment gérer un ou une personne particulièrement impatiente ? Et quand ils sont plusieurs ???

JAMES VIL : … Si l’ambiance est tendue, personnellement je ne travaille pas, A quoi bon. Une qualité primordiale pour un photographe, savoir dire non et savoir s’abstenir de prendre des photos qui seront inutiles.

KFP : Quid des portraits volés ?

JAMES VIL : Vaste sujet, mais je vais résumer le fonds de ma pensée. Assumez, faites les photos que vous voulez faire, mais ne publiez jamais des portraits dévalorisants et à partir de là tout ira bien. Ensuite et bien si votre sujet se reconnaît, soyez sympa, proposez lui un tirage et vous gagnerez en crédibilité.

Il m’arrive fréquemment de voler certains portraits de vie, et je n’hésite pas, si j’aime mon travail, à aller à la rencontre de cette personne et lui demander son mail pour lui faire parvenir la photo. Vous aurez de très bonnes surprises.

KFP : Une question que tu aimerais développer ?

JAMES VIL : Non, je pense à travers tes questions avoir essayé de faire passer ma façon d’être et de photographier. Nous avons un très beau métier qui est avant tout une passion, alors partageons là et rencontrons nous pour en discuter.

KFP : Lien vers un portrait illustrant tes propos :

Une rencontre sur ma page Facebook sera le meilleur lien pour cela.
https://www.facebook.com/James.Vil.BW.Photography

 

James-Vil4

20130307_Maroc_0226-NB

Rodolphe Gardies
rodolphe@kungfu-photo.com

La photo, j'aime ça. Au début, j'aimais seulement les regarder, les mettre en fond d'écran, les afficher sur mes murs. J'en voyais tellement qu'un jour, j'ai pris la décision qui s'imposait en toute logique : me mettre au kungfu! Ninja depuis le plus jeune âge j'étais pourtant incapable de faire un seul mouvement correctement. Jusqu'à ce que je mêle mes deux passions grâce à l'enseignement de Maitre Shi Fu : le kung-fu et la photo.

Pas de commentaires

Poster un commentaire